Un dispositif de surveillance accrue du Batrachochytrium salamandrivorans dans les Hauts de France

Le champignon pathogène Batrachochytrium salamandrivorans a été décelé en Belgique non loin de la frontière franco-belge au printemps 2016. Il est responsable de mortalités importantes de salamandres et de tritons provoquant une infection, la chytridiomycose. Ce champignon est particulièrement pathogène, pour les espèces de tritons et de salamandres de France, menant les populations touchées à l’extinction, alors que les grenouilles et crapauds testés sont résistants.

Une surveillance des maladies des amphibiens est animée en France via le site alerte amphibien qui permet la déclaration d’observation d’animaux « malades » et – dans le cas d’observation de mortalité importante – de faire procéder à des analyses.

Devant l'urgence de la situation, un dispositif de surveillance accrue sur les populations de Salamandre et de Tritons a été mis en place par la Société herpétologique de France, par l'intermédiaire de son coordinateur régional.

Les tritons et les salamandres sont des animaux protégés et leur ramassage et détention, même morts, nécessite une autorisation préfectorale. Une autorisation a été délivrée par les services de la DREAL dans le cadre de cette opération de surveillance. Un protocole de recherche et un code de bonne conduite à tenir en cas de découverte de cadavres ont été élaborés et peuvent être téléchargés ICI.

En particulier :

  • en cas d’observation d’animaux morts ou malades : déclarer l’observation le plus rapidement possible sur le site alerte amphibien ou par téléphone au 06 51 17 62 43 ;
  • attention de ne pas toucher des animaux en bonne santé après avoir touché un amphibien mort… Ne devenez pas les vecteurs de la dissémination de ce pathogène ! pour cela suivez bien les recommandations de bonne conduite.

Merci à ceux qui souhaitent participer à cette opération de bien vouloir se faire connaître auprès de José GODIN, coordinateur de la SHF pour le Nord Pas-de-Calais, notamment pour être couvert par l'autorisation de ramassage délivrée par la DREAL.

Pour en savoir plus

Site du GON

Site Alerte amphibien

Site de la SHF