Réhabilitation de la zone humide du Lac d'Aydat

A l'entrée du Lac d'Aydat était autrefois présente une roselière qui permettait de filtrer les eaux de la rivière alimentant le Lac: la Veyre. Suite au remblaiement de cette zone humide pour des aménagements urbains et à l'observation d'une eutrophisation grandissante du lac, le Syndicat Mixte en charge des Vallées de la Veyre et de l’Auzon a décidé de procéder à la restauration de cette zone humide.

Le Lac d’Aydat

Situé dans le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne, le lac d’Aydat est le plus grand lac naturel d’Auvergne. Ce lac a une superficie d’environ 60 hectares pour une profondeur moyenne de 7.4 m et maximale de 15 m et est alimenté par la rivière « La Veyre ».

Sa formation résulte d'une coulée de lave issue des Puys de la Vache et Lassolas, qui a été canalisée par l’ancienne vallée de la Veyre, il y a 8 500 ans. En barrant le cours d’eau, cette cheire est à l’origine de la formation de ce lac mais aussi du lac de la Cassière et de l’étang de Montlosier, situés plus au Nord.

Le lac est un domaine privé de la Fondation Jean Moulin ayant son siège au Ministère de l’Intérieur. Fin décembre 2005, la Fondation s’est engagée pour 45 ans à louer à la communauté de communes des Cheires, le lac, ses berges, les différents terrains attenants ainsi que la plage et ses équipements. La communauté de communes peut ainsi entamer des travaux de réaménagement de ce site afin de mieux répondre aux demandes des usagers tout en veillant à sa richesse naturelle (diversité animale et végétale). Son attrait paysager et la possibilité de pratiquer divers activités (pêche, nautisme, baignade, etc.) font en effet du Lac d’Aydat un site aujourd’hui fort reconnu et fréquenté, notamment en période estivale.

 

Contexte

Le lac d’Aydat est aujourd’hui malheureusement réputé pour l’accélération de son eutrophisation, c’est-à-dire le développement excessif d’algues dû à l’enrichissement de l’eau par des éléments nutritifs (nitrates, phosphore). Ce phénomène naturel, accéléré par l’Homme, pourra devenir à terme préjudiciable pour la qualité de l’eau, le tourisme et l’écosystème aquatique.

Afin de répondre à cette problématique, le Syndicat Mixte des Vallées de la Veyre et de l’Auzon (SMVVA) a décidé de réhabiliter la zone humide du lac d’Aydat, naturellement présente dans le passé à l’entrée de la rivière Veyre dans le Lac. La roselière qui existait alors a été comblée sous environ 1m de remblais durant les années 1970, afin d’utiliser la surface pour un terrain d’entrainement de football, un parking et une aire de jeux.

 

La réhabilitation de la zone humide

Un objectif du contrat de rivière

Ce projet phare de restauration s’est inscrit dans le cadre des actions de lutte contre l’eutrophisation du lac d’Aydat, prévus dans le deuxième volet du contrat de rivière « Vallée de la Veyre – Lac d’Aydat ». Le SMVVA a souhaité recréer cet ancien milieu propice au maintien de la qualité de l’eau et à la biodiversité du lac, tout en développant un « pôle environnemental » de sensibilisation à destination du grand public. Ce projet a été reconnu d’utilité publique par le Préfet de la région Auvergne en Septembre 2008.

Les travaux ont démarré en Septembre 2011 pour s’achever au mois de Mai 2012. L’inauguration de la zone humide réhabilitée a été célébrée le 14 juin 2012.

Les acteurs du projet

Pour mener à bien ce projet de restauration, les bureaux d’études SINBIO/2+Paysages ont été choisis comme maîtres d’œuvre du SMVVA, et les entreprises Travaux Publics Lyaudet, Société de Travaux de l’Environnement et Dynamique Environnement mandatées pour réaliser les travaux. Un comité de pilotage a été créé afin de suivre le bon déroulement du projet. Pour faire avancer la démarche, des réunions de pilotage se sont tenues en présence des différents partenaires, financiers, administratifs et associatifs. Elles ont permis d’échanger des points de vue et de retenir les grands axes du projet.

Les objectifs

Le principe du projet était de diminuer les apports de phosphate (domestiques et agricoles) amenés par la Veyre dans le lac. Pour ce faire, il était nécessaire de faire passer la Veyre à travers une zone de sédimentation puis de répartir les eaux sur une zone humide avant leur entrée dans le lac. Par la suite, des aménagements favorisant la promenade, la gestion piscicole et l’observation de la faune et de la flore s’inscriront dans le parcours du tour du lac.

Les travaux ont consisté principalement à du terrassement à l’entrée du Lac d’Aydat pour retrouver et remettre en fonctionnement la zone humide naturellement présente auparavant.

Les objectifs et les retombées recherchés par un tel aménagement sont multiples :

  •    Limiter les apports de phosphore dans le Lac d’Aydat. Le rôle principal de la zone humide est celui d’une zone tampon,  c’est-à-dire capable d’épurer les eaux de La Veyre grâce à la présence d’une végétation adaptée. L’apport d’éléments nutritifs, issus de l’activité humaine, en partie responsables de l’accélération de l’eutrophisation du lac, sera donc réduit. Cette évolution accélérée par l’homme est préoccupante pour la vie locale, la ressource en eau et les nombreux usages (pêche, canotage, zone de baignade,…). L’enjeu est donc de ralentir ce processus en stoppant l’entrée de ces éléments dans le lac par un aménagement recréant toutes les fonctionnalités naturelles épuratives d’une zone humide. Des bassins en amont de la zone humide piégeront, par sédimentation, les matières solides chargées en nutriments. La zone humide aura ensuite un rôle d’épuration et de filtration.
     
  •    Créer un pôle environnemental à l’amont du Lac d’Aydat en recréant une zone humide disparue ;
  •    Augmenter la valeur écologique du site en améliorant la qualité des habitats naturels par la création d’espaces diversifiés humides et en permettant le développement de végétaux variés et typiques des milieux aquatiques. L’ensemble de cette zone humide permettra ainsi de recréer un milieu riche et important pour la biodiversité (faune, flore) du lac.
  • Augmenter la valeur paysagère et mettre en valeur le site à l’aide d’aménagements destinés au public permettant la découverte du site. Ce site est fréquenté tous les ans par des milliers de touristes. Afin de pouvoir comprendre le fonctionnement et profiter des atouts d’une telle zone humide des aménagements touristiques et naturalistes ont été mis en place. En effet, un cheminement de 230 m de pontons bois parsemé de passerelles et observatoires sur mares ou ornithologiques rendent la ballade du tour du lac ludique et agréable. L’essence de bois retenue pour ces aménagements est le Mélèze des Alpes car non traité chimiquement (pour respecter la qualité des eaux) et naturellement imputrescible. De multiples espèces (oiseaux, insectes, amphibiens…) pourront à l’avenir être observées sur ce milieu nouvellement recréé.

 

A noter également que les déblais de la zone humide ont été valorisés pour la réhabilitation de l’ancienne carrière sauvage de Combegrasse exploitée illégalement durant quelques années et aujourd’hui située dans le site classé de la Chaine des Puys. Cette valorisation des déblais donne une vision globale au projet.

Dimensionnement et coûts

La zone humide en quelques chiffres
- Surface des bassins de sédimentation : 4 700 m
- Surface de la zone humide : 17 000 m
- Surface total : 21 700 m
- Aménagements en bois : 230 m de pontons, 2 palissades d’observations ornithologiques de 45 m au total avec des trouées à différentes hauteurs pour une accessibilité tout public, un observatoire sur mare, un observatoire ornithologique fermé d’une capacité idéale de 10 personnes, 2 passerelles bois permettant le franchissement de zones d’écoulement d’eau
- Montant total des travaux : 685 000 € HT

La carrière de Combegrasse en quelques chiffres
- Volume de remblais apportés : 16 000 m3
- Surface végétalisée par la technique d’hydroseeding : 5 500 m
- Terrassement : 38 445 € HT / Végétalisation : 1 700 € HT
- Montant total travaux : 40 145 € HT

 

Contact

Aurélien MATHEVON - Technicien rivières
Syndicat Mixte des Vallées de la Veyre et de l'Auzon (SMVVA)
Place du 8 Mai (1er étage) - 63 450 St SATURNIN
Tel : 04 73 39 04 68 - Fax : 04 73 39 36 12
Site internet du Syndicat

 

Copyright photos :
© SMVVA – Aurélien MATHEVON
© Pélican jaune
© Google Earth