Observatoire National sur les Zones Humides

Le périmètre d’étude de l’ONZH

L’Observatoire national des zones humides (ONZH) a été créé en 1995 dans le cadre du plan national d'action pour les zones humides. Sa mise en œuvre a été confiée à l’Ifen. Sa mission est d’assurer le suivi de l’évolution des zones humides d’importance majeure.

Le périmètre d’étude de l’ONZH, portant à l’origine sur 87 zones définies à l’issue d’un travail mobilisant les connaissances et expertises disponibles, s’est affiné progressivement. En 2010, il porte sur 152 zones humides d’importance majeure, auxquelles s’ajoutent 71 massifs à tourbières. Elles se répartissent en 5 principaux types : littoral atlantique, de la Manche et de la Mer du Nord ; littoral méditerranéen ; zones humides de vallées alluviales ; zones humides de plaines intérieures ; tourbières de moyenne et haute montagne. Ces zones sont représentatives des différents types d’écosystèmes présents sur le territoire métropolitain, tant du point de vue de la diversité écologique des milieux que des services socio-économiques rendus.  Et nombre d’entre elles sont reconnues au plan international ou européen et bénéficient de mesures de protection de type réglementaire, foncier ou contractuel.   

Si la plupart des zones humides concernées étaient celles ayant un intérêt dans la conservation d’espèces dites "patrimoniales" (correspondant à un certain degré de rareté) ou d’écosystèmes, ou ayant un intérêt dans la gestion de l’eau, certaines zones dégradées avaient aussi été retenues car leur suivi était jugé nécessaire.

 

Le référentiel de l'Observatoire des zones humides

Le référentiel géographique a été généré avec l’appui des Directions régionales de l'environnement (couche actualisée en 2004). Le périmètre d’observation porte sur une superficie de 2,4 millions d’hectares.

La carte des zones humides d’importance majeure montre aujourd’hui des zones bien délimitées (littoral, vallées alluviales, plaines intérieures et certains massifs à tourbières), et d’autres massifs à tourbières dont la délimitation reste à préciser. Celle-ci est donc évolutive et amenée à être complétée en fonction de la disponibilité de nouvelles données.

 

En savoir plus :