La zone libellule : utiliser les zones humides pour réduire les nouveaux polluants

La Lyonnaise des Eaux a créé en Languedoc-Roussillon une première mondiale : la Zone Libellule. Ce nouveau concept a été mis en eau sur 1.5 ha en août 2009, en aval de la station d’épuration de St Just-St Nazaire de Pézan (5 000 équivalent-habitants). Il s’agit d’un espace artificiel humide présentant une succession de différents types de zones humides abritant des plantes qui vont filtrer et épurer les eaux à la sortie d’une station d’épuration. Cette action a été soutenue par le Conseil Général de l’Hérault et l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse.

Le principe

La Zone Libellule est une « Zone de « LIberté Biologique Et de LUtte contre les polLuants Emergents », imaginée par les chercheurs de Lyonnaise des Eaux avec le concours d’acteurs régionaux (universités, entreprises spécialisées dans la biodiversité, …). Elle a pour objectif de créer une zone de biodiversité facilitant l’élimination des micropolluants résiduels des eaux usées avant leur rejet dans la nature.

En effet, les stations d’épuration classiques sont efficaces pour lutter contre l’azote, le carbone et le phosphore mais une marge de progrès subsiste pour éliminer certains nouveaux micropolluants (résidus médicamenteux, cosmétiques, solvants, pesticides,…).

La Zone Libellule est ainsi une solution complémentaire de traitement des eaux usées, basée sur la capacité épuratoire de la nature. Un ensemble de bassins en eau, regroupant successivement différentes espèces de plantes et de micro-organismes associés, choisies pour leurs capacités naturelles, permettent d’absorber certains polluants. La zone est conçue pour abriter différents types de milieux humides (bassin à phytoplancton, roselière, méandre, delta, prairie humide….) qui permettent de varier les vitesses d’écoulement ou encore les profondeurs d’eau afin d’améliorer le traitement. De même, de nombreux résidus pharmaceutiques sont photosensibles, c’est-à-dire qu’ils se décomposent lorsqu’ils sont exposés à la lumière pendant une durée suffisante.

L’eau traitée par la station d’épuration traverse la Zone Libellule en une quinzaine de jours avant de rejoindre le milieu naturel en direction de l’étang de l’Or.

 

Quelle efficacité de la zone ?

Depuis 2009, un suivi écologique sur 3 ans a été mis en place sur la zone Libellule, afin d’évaluer la capacité de traitement complémentaire du site notamment en matière de lutte contre les micropolluants et d’apprécier l’intérêt environnemental sur le patrimoine naturel local.

Des analyses d’eau ont été effectuées en entrée et en sortie des différents habitats ainsi que sur le rejet final. L’efficacité du dispositif a ainsi pu être démontrée sur de nombreux points. Tout d’abord, grâce à la mise en eau de la parcelle, il a été mesuré que la biodiversité de la faune et de la flore a été multipliée par un facteur 6 sur les indicateurs choisis par rapport à un site témoin. Cette richesse en biodiversité a conduit, entre autres, à une réduction en concentration des micropolluants de 70 % pour 56 % des molécules analysées et la réduction de plus de 80 % en flux rejeté au milieu superficiel. La qualité physico-chimique globale de l’eau rejetée a été améliorée et un abattement bactériologique de plus de 2.5 log conduit à une qualité proche d’une eau de baignade.

Il a été également démontré la nécessité d’une gestion différenciée de la biomasse végétale pour éviter la fermeture biologique du milieu et maintenir l’efficacité globale du système

 

La zone libellule… plus qu’un rôle épuratoire

Dans cette « Zone Libellule », la Lyonnaise des Eaux favorise la biodiversité (faune et flore) propre à la région par la plantation initiale d’espèces locales adaptées aux objectifs. Les bassins et la flore qui s’y développent nécessitent un entretien minimum, sous forme d’une gestion différenciée des écosystèmes permettant la conservation des écoulements hydrauliques et le maintien de la biodiversité aquatique et terrestre.

La Zone Libellule permet également de renforcer localement les services écosystémiques rendus comme la pollinisation (fonction de régulation), la production de nourriture primaire (fonction d’approvisionnement), le support à l’éducation (fonction culturelle) ou encore la provision de biodiversité locale (fonction de soutien).

 

Perspectives

Située sur le territoire de la commune de Saint-Just, la zone libellule est désormais visitable par les écoles et le grand public, tel un jardin botanique.

Le site est idéal pour expliquer de façon pédagogique le rôle des zones humides sur l’épuration des eaux, montrer les richesses qu’elles abritent en terme de faune et de flore et par conséquent sensibiliser le grand public à la préservation de ces milieux.

De nombreux projets sont en cours, comme celui de MIOS dans les Landes, suite à cette expérience grandeur nature. La Zone Libellule se décline dorénavant en fonction d’objectifs locaux ciblés tant sur la protection physico-chimique du milieu récepteur, la gestion des eaux de ruissellements, que sur la création de sites de biodiversité typique de zones humides propres à démontrer l’efficacité d’un tel concept dans la préservation de notre environnement.

La Direction Ingénierie Environnementale de Lyonnaise des Eaux accompagne les collectivités à la mise en place et à l’exploitation de Zones Libellule ou de Zones Humides Artificielles adaptées à des besoins spécifiques, avec pour objectif la diminution des impacts anthropiques et l’atteinte du bon état sur les milieux aquatiques.

                                 
 

Pour en savoir plus

Vidéo sur la zone libellule

Articles sur la zone libellule sur le site internet de la LDE : Page 1 ; Page 2

 

Contacts

Eric BLIN – Responsable Centre de Compétence Milieu Aquatique

Lyonnaise des Eaux

Direction Protection de l’Environnement

12 route de Bessan - 34340 Marseillan

04.67.77.97.67

eric.blin@lyonnaise-des-eaux.fr