La méthode nationale d'évaluation des fonctions des zones humides

L'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema) et le Muséum national d'histoire naturelle avec l’appui de plusieurs partenaires, viennent de publier le guide de la méthode nationale d'évaluation des fonctions des zones humides dans la collection "Guides et protocoles" de l'Onema.

Les engagements pris par l’État français au titre de la mise en oeuvre de la directive cadre sur l’eau (DCE) reposent sur deux principes majeurs :

  • Prévenir toute dégradation supplémentaire de l'état des écosystèmes aquatiques, terrestres et des zones humides qui en dépendent directement ;
  • Préserver les écosystèmes aquatiques (Registre des zones protégées-DCE) et en améliorer l'état par la reconquête du bon état des eaux.

En conséquence, concevoir et réaliser des projets dits de « moindre impact environnemental » suppose de respecter la séquence « éviter, réduire, compenser » (dite « ERC ») et de connaître la réglementation s’y afférant (voir lignes directrices dans CGDD et DEB 2013).

Les fonctions hydrologiques, biogéochimiques et biologiques des zones humides (ZH) sont souvent mises en avant dans les politiques publiques de préservation des milieux naturels. Face à ce constat, les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) 2016-2021 prescrivent désormais que les projets d’installation, ouvrages, travaux ou activités (IOTA) entraînant une détérioration partielle ou totale de ZH doivent être accompagnés de mesures compensatoires permettant la restauration,la réhabilitation et la création de ZH équivalentes d’un point de vue fonctionnel.

Cette méthode nationale permet une évaluation rapide des fonctions des zones humides continentales (au sens de l’Art. L.211-1 du Code de l’environnement) en France métropolitaine et de vérifier qu’un certain nombre de principes de la compensation sont bien respectés.

La méthode a été conçue sur la base d’un mécanisme d’allers-retours entre des recherches bibliographiques, le test de prototypes de méthode (sur environ 220 sites) et la révision de la méthode sur la base des retours critiques des partenaires.

Trois fonctions hydrologiques, cinq fonctions biogéochimiques et deux fonctions en rapport avec l’accomplissement du cycle biologique des espèces sont évaluées. L’évaluation de ces fonctions est réalisée en tenant compte des propriétés intrinsèques du site (en zone humide) et également de son environnement (sa zone contributive, sa zone tampon, son paysage et aussi éventuellement le cours d’eau associé).

Les informations relevées durant l’évaluation sur un site impacté et un site de compensation permettent de renseigner deux diagnostics :

  • le diagnostic de contexte permet de vérifier que les conditions sont bien réunies pour que l’équivalence fonctionnelle puisse être évaluée avec cette méthode : est-il pertinent de comparer les fonctions sur le site impacté et sur le site de compensation ?
  • le diagnostic fonctionnel permet d’apprécier l’intensité probable de chaque fonction par l’intermédiaire d’une batteried’indicateurs.

Le résultat des évaluations sur le site impacté avant et après impact et sur le site de compensation avant et après action écologique permet d’évaluer la vraisemblance d’une équivalence fonctionnelle, indicateur par indicateur, fonction par fonction, à l’issue des mesures de compensation.

Une notice et un tableur sont associés à la méthode pour l’appliquer et afficher le résultat de l’évaluation. Cette méthode a vocation à être mise à jour, complétée et révisée dans le futur.

Ce guide s’adresse à un public technique en charge de la réalisation, l’instruction ou d’avis techniques de dossier « loi sur l’eau »portant sur les zones humides.

Une formation sur cette méthode d'évaluation nationale est organisée par l'Onema du 3 au 7 octobre 2016.

En savoir plus

- Télécharger sur le site web de l'Onema

- Télécharger sur le site web du MNHN

- Contacts : Pierre Caessteker - Onema et Guillaume Gayet - MNHN

- Guide et rapport dans la base documentaire du Pôle-relais