Gestion des inondations par ruissellement au moyen de la reconquête de zones humides / appui à la GEMAPI

Problématique

Le stage de 6 mois sera réalisé dans le cadre du 2em cycle de la Directive Inondation et en partenariat avec le bureau des Risques Inondation et Littoraux du MEEM. La gestion des inondations doit être mise en cohérence avec celle des milieux aquatiques. C’est le sens de la Loi GEMAPI (Gestion des Milieux aquatiques et Prévention des Inondations) à mettre en œuvre par les collectivités et EPCI à partir du 1er Janvier 2018.

Les zones périurbaines, qui sont caractérisées par des dynamiques d’urbanisation rapides, en particulier autour des grands centres urbains, sont exposées au ruissellement intense rural.
Un travail exploratoire a été réalisé en 2016 avec la méthode IRIP (Indicateurs du Ruissellement Intense Pluvial) pour détecter des zones humides (étape « accumulation » du ruissellement) dans le TRI (Territoire à Risques d’Inondations) de Nantes, connu aussi pour ses inondations par ruissellement. Il est proposé de continuer ce travail, qui a donné des résultats probants.

Objectif du stage

A partir du travail préliminaire réalisé sur le TRI de Nantes en 2016, il est proposé :

  1. de développer l’analyse de risque lié au Ruissellement intense ;
  2. d'analyser des situations particulières où la combinaison des zones humides avec les cartes IRIP de production et transfert permettrait d’intercepter les écoulements liés au ruissellement intense.
  3. d’analyser en détail avec des données de terrain (relevé topo) sur 1 cas d’étude pour dessiner les contours d’une méthode opérationnelle (surface de la ZH, aménagements locaux à prévoir,…).

Détails de la méthodologie envisagée et du travail à effectuer :

  1. s’initier à l’usage du modèle IRIP et s’approprier l’étude réalisée sur Nantes;
  2. développer la cartographie de vulnérabilité (bâtiments, routes et voies ferrées) ;
  3. développer la cartographie du risque lié au ruissellement intense ;
  4. identifier les zones où l’utilisation d’une ZH existante ou potentielle pour réduire les effets du ruissellement intense parait possible ;
  5. comparer la carte de risque avec et sans effet des zones humides qui seraient mobilisables (étape 4) pour gérer le ruissellement situé en amont (on mettra alors les mailles de la zone humide à zéro pour simuler l’absence d’une contribution du ruissellement en aval) ;
  6. sélectionner 3 cas à visiter sur le terrain et développer des mesures topographiques sur un cas propice.
  7. Résumer la méthode d’analyse cartographique et celle de l’évaluation terrain, ainsi que l’intérêt potentiel pour la biodiversité.

Profil recherché

Ecole d'ingénieur ou Master2 avec compétences en hydrologie, géomatique et écologie des zones humides.

Informations pratiques

  • Durée du stage : 6 mois. Avril à Septembre inclus.
  • Indemnités : 540 €/mois (+/- 12€ selon nbr jours ouvrés).
  • Lieu du stage : Unité de Recherche Hydrologie-Hydraulique de l’Irstea- Lyon, 5 rue de la Doua, BP 32108, 69616 Villeurbanne Cedex.

Contacts